FANDOM


Champion Historique Stratégie Skins & Faits Divers

HistoireModifier

Katrhus, LicheModifier

La mort n'est pas la fin du voyage, ce n'est que le début...
Héraut de l'au-delà, Karthus est un esprit impérissable dont les chants captivants ne sont que le prélude à un cauchemar. Les vivants craignent l'éternité de la non-mort, mais Karthus ne voit que la beauté et la pureté de son étreinte, cette union parfaite entre la vie et la mort. Quand Karthus émerge des Îles obscures, c'est pour convertir les mortels à la joie de la mort.

Karthus est né dans la plus terrible misère, dans les bas-fonds construits par-delà les murs de la capitale de Noxus. Sa mère mourut en couches, laissant son père l'élever seul en compagnie de ses trois sœurs. Ils s'entassaient dans un hospice branlant envahi par les rats avec des masses d'autres familles, nourris d'eau de pluie et de vermine. De tous les enfants, Karthus était le meilleur chasseur de rats et il rapportait souvent des cadavres rongés pour le souper.

La mort était le lot quotidien des taudis de Noxus et bien des matins commençaient par le cri de parents qui, dès le réveil, découvraient le corps froid d'un de leurs enfants à leurs côtés. Karthus apprenait à aimer ces lamentations et regardait, fasciné, les Comptables de Kindred ajouter une encoche à leur bâton avant d'emporter les cadavres. La nuit, le jeune Karthus se faufilait dans les salles bondées, cherchant ceux dont la vie ne tenait plus qu'à un fil, espérant assister à leur dernier souffle. Pendant des années, ses excursions nocturnes furent vaines, car il est impossible de prédire quand un être va rendre l'âme. Il lui fut impossible d'assister au passage vers la mort jusqu'à ce que sa propre famille soit touchée.

Les épidémies étaient fréquentes dans des endroits si confinés et, quand les sœurs de Karthus furent atteintes par la maladie à leur tour, il les veilla avec abnégation. Son père était effondré de chagrin, mais Karthus restait un frère dévoué, ne quittant pas le chevet de ses sœurs tandis que le fléau les rongeait. Il ne les abandonna pas alors qu'elles mouraient l'une après l'autre et une sublime connexion sembla se faire en lui tandis que la lumière s'éteignait dans leurs prunelles : le besoin de voir ce qu'il y avait au-delà de la mort et de déverrouiller les secrets de l'éternité. Lorsque les Comptables de Kindred se présentèrent pour emporter les corps, Karthus les suivit jusque dans leur temple, leur posant une infinité de questions sur leur ordre et les arcanes de la mort. Était-il possible pour quelqu'un d'exister au moment où la vie prend fin, mais avant que la mort ne commence ? S'il était possible de comprendre et de maîtriser ce seuil, la sagesse de la vie et la clarté de la mort ne pouvaient-elles se combiner ?

Les Comptables surent aussitôt que Karthus était fait pour leur ordre et il fut introduit dans leurs rangs, d'abord comme fossoyeur et bâtisseur de bûcher, avant de s'élever jusqu'au rang de collecteur de corps. Karthus conduisait son chariot dans les rues de Noxus pour récupérer des morts chaque jour. Ses chants funèbres devinrent célèbres dans toute la région : c'étaient des lamentations mélancoliques qui parlaient de la beauté de la mort et de l'espoir que ce qui lui succédait méritait d'être accueilli. Bien des familles affligées trouvaient du réconfort dans ses chants, un peu de paix dans ses élégies sincères. Karthus finit par travailler dans le temple lui-même, s'occupant des malades dans leurs derniers instants, veillant sur tous ceux que la mort avait choisis pour siens. Karthus parlait à chaque personne couchée dans son lit de souffrances, murmurant à ses oreilles jusqu'au trépas, cherchant une sagesse supérieure dans ses yeux agonisants.

Mais Karthus finit par réaliser qu'il n'avait plus rien à apprendre des mortels, que seuls les morts eux-mêmes avaient encore des réponses à ses questions. Nulle âme agonisante ne pouvait lui dire ce qu'il y avait au-delà de la mort, mais des rumeurs vagues et des contes murmurés aux enfants pour les effrayer parlaient d'un lieu où la mort n'était pas la fin : les Îles obscures.

Karthus vida les coffres du temple et acheta un passage vers Bilgewater, une cité affligée par une étrange brume d'un noir d'encre dont on disait qu'elle attirait les âmes vers une île impie loin sur l'océan. Aucun capitaine n'était prêt à conduire Karthus jusqu'aux Îles obscures, mais il finit par rencontrer un pêcheur imbibé de rhum et couvert de dettes qui n'avait plus rien à perdre. Son bateau parcourut l'océan pendant nombre de nuits et de jours, jusqu'à ce qu'une tempête le pousse vers le rivage rocheux d'une île qu'aucune carte ne mentionnait. Une brume sombre dévalait d'un paysage hanté par des arbres torturés et des ruines. Le pêcheur remit son bateau à flot et, terrifié, repartit vers Bilgewater, mais pas avant que Karthus n'ait sauté dans l'eau. S'appuyant sur son bâton de Comptable, il chanta fièrement la lamentation qu'il avait préparée pour l'heure de sa propre mort et un vent froid porta ses mots jusqu'au cœur de l'île.

La Brume noire s'empara de Karthus, ravageant sa chair et son esprit avec une sorcellerie ancienne, mais son désir de transcender la mortalité était tel qu'il n'en fut pas détruit. Au lieu de cela, un nouveau Karthus, revenant décharné, naquit dans les eaux de l'île.

Karthus fut comme possédé par une révélation tandis qu'il devenait ce qu'il avait toujours pensé devoir être : une créature persistant sur le palier de la mort et de la vie. La beauté de ce moment l'emplit d'émerveillement tandis que les esprits torturés de l'île observaient sa transformation, attirés par sa passion comme des squales par le sang. Enfin, Karthus était là où il devait être, entouré par ceux qui comprenaient vraiment la bénédiction de la non-mort. Empli de zèle prosélyte, il sut qu'il devait retourner à Valoran pour partager ce don avec les vivants afin de les libérer de leurs mesquines préoccupations de mortels.

Karthus fit demi-tour et la Brume noire le porta au-dessus des vagues jusqu'au bateau du pêcheur. L'homme tomba à genoux en voyant Karthus et supplia d'être épargné ; Karthus lui offrit la bénédiction de la mort, mettant fin à ses souffrances terrestres, avant de le relever sous la forme d'un esprit immortel tout en psalmodiant son chant funèbre pour les âmes au trépas. Le pêcheur était la première des nombreuses âmes que Karthus devait libérer, et la liche avait l'intention de vite lever une légion de spectres. Pour les sens soudain éveillés de Karthus, les Îles obscures étaient dans un état de limbes apathiques et les bénédictions de la mort y étaient gaspillées. Il était de son devoir de galvaniser les morts, de lever une croisade destinée à apporter la beauté de l'au-delà aux vivants, de mettre un terme aux souffrances de la mortalité et d'initier un âge glorieux de non-mort.

Karthus est devenu l'émissaire des Îles obscures, le héraut de l'oubli dont les lamentations et les chants glorifient la mort. Ses légions d'âmes se joignent à ses récitations funéraires, leurs mélopées dépassant les confins de la Brume noire pour se faire entendre, lors des nuits les plus froides, jusque dans les cimetières et les maisons des charnels dans tout Valoran.

Funérailles en merModifier

La mer était comme un miroir noir. La lune était basse sur l'horizon : c'était ainsi depuis déjà six nuits. L'air n'était pas même troublé par un murmure de vent, on n'entendait que ce maudit chant funèbre venu d'on ne savait où. Vionax avait navigué sur les océans autour de Noxus assez longtemps pour savoir qu'une telle mer était un mauvais présage. Elle se tenait à la proue du Darkwill, la longue-vue glissant sur la ligne d'horizon, cherchant n'importe quel signe qui lui aurait permis de calculer sa position.

« La mer, rien que la mer, dans toutes les directions », dit-elle à la nuit. « Aucune terre, aucune étoile que je connaisse. Nos voiles claquent, vides de vent. Nous avons ramé pendant des jours, mais où que nous allions, il n'y a jamais de rivage à l'horizon et la lune est immuable. »

Elle se frotta les yeux. La soif et la faim grognaient dans son ventre et les ténèbres constantes interdisaient d'évaluer le passage du temps. Le Darkwill n'était même pas son navire. Elle n'avait été que le premier lieutenant jusqu'à ce que la hache d'une brute de Freljord ne fende le crâne du capitaine Mettok, ce qui lui avait valu cette soudaine promotion. Le capitaine et quinze autres guerriers de Noxus étaient allongés dans des hamacs cousus sur le pont principal. La puanteur croissante des cadavres était la seule mesure constante du passage du temps.

Vionax releva les yeux vers l'océan sans fin et ses prunelles s'agrandirent : une épaisse brume sombre semblait flotter sur l'eau. Des formes se mouvaient dans le brouillard, vagues suggestions de bras armés de griffes et de gueules grand ouvertes. Le chant funèbre retentit de nouveau, plus fort, rythmé par les douloureuses harmoniques d'un glas.

« La Brume noire ! » s'écria-t-elle. « Branle-bas général ! »

Elle fit demi-tour et se précipita vers le pont principal avant de remonter jusqu'à la plage arrière pour prendre la barre. Elle ne pouvait pourtant rien faire pour modifier la course du navire, mais c'est là qu'était sa place. Une mélopée pour les âmes perdues dériva au-dessus du navire tandis que les hommes jaillissaient des ponts inférieurs et, alors même que la terreur s'emparait d'elle, Vionax ne pouvait nier la poésie de ces sonorités. Les larmes brouillaient sa vue, pas de peur, mais d'une infinie tristesse.

« Laisse-moi mettre fin à ta peine. »

La voix, dans sa tête, était froide, sans vie, la voix d'un homme mort. Elle évoquait la roue de fer d'un chariot chargé de cadavres, un couteau gravant une nouvelle encoche sur un bâton. Vionax connaissait les contes de la Brume noire, elle savait devoir éviter les îles que camouflaient les ténèbres de l'est. Elle pensait son navire loin des Îles obscures, mais à l'évidence elle avait tort.

Le brouillard passa le plat-bord dans un mélange de hululements et de grincements d'outre-tombe. Les spectres apparurent avec un chant impie et l'équipage du navire hurla de terreur. Vionax sortit son pistolet et l'arma en voyant une silhouette émerger de la brume : haute et large d'épaules, vêtue d'une robe cérémoniale comme un prélat antique, mais le crâne et les épaules protégés par une armure de guerrier. Un livre pendait à sa ceinture au bout d'une chaîne et l'apparition avait en main un long bâton où d'innombrables encoches se succédaient. Une lumière spectrale brûlait comme une étoile morte dans la paume de sa main libre.

« Pourquoi pleures-tu ? » demanda la créature. « Je suis Karthus et j'ai un grand don à te faire. »

« Je ne veux pas de ton don », répondit Vionax en appuyant sur la détente. Elle ressentit le contrechoc de la détonation dans tout son bras. La balle toucha le spectre, mais le traversa sans lui faire de mal.

« Vous autres mortels ! » dit Karthus en secouant la tête. « Vous craignez ce que vous ne connaissez pas et vous vous détournez d'une merveille qui vous est librement offerte. »

Le monstre approcha encore et les sombres émanations de son bâton baignèrent le navire d'une lumière maladive. Vionax recula tandis que les marins s'effondraient devant cette lumière, leurs âmes s'évadant comme une fumée de leurs corps. Elle se prit le talon dans un cordage, trébucha et tomba au sol sur les cadavres enroulés dans les hamacs. Elle continua de reculer en rampant par-dessus les corps de son ancien équipage.

Sous elle, un hamac frémit.

Tous bougeaient, à présent, ils se tortillaient comme du poisson qu'on vient de pêcher et qui cherche désespérément à respirer au fond du bateau. Des filaments de brume passèrent par les ouvertures des hamacs, entre les points grossiers cousus pour les fermer. Des visages apparaissaient dans ce brouillard, celui de marins avec lesquels elle avait navigué pendant des années, des hommes et des femmes aux côtés desquels elle avait combattu.

Le spectre la surplombait et l'équipage mort du Darkwill se tenait à ses côtés, nimbés de lumière lunaire.

« La mort ne doit pas être redoutée, Vionax », dit Karthus. « C'est elle qui te libérera de toute cette douleur. Elle détournera tes yeux de la banalité de l'existence pour te montrer la gloire de la vie éternelle. Accepte la merveilleuse beauté de la mort. Libère-toi de la mortalité. Tu en as besoin. »

Il tendit sa main et la lumière qui en coulait l'enveloppa. Elle hurla quand la lumière traversa sa peau, ses muscles, ses os, pour entrer jusqu'au plus profond de son âme. Le spectre referma son poing et Vionax se sentit violemment arrachée à elle-même.

« Laisse ton âme voler librement », intima Karthus en se tournant pour graver une nouvelle encoche sur son bâton avec un clou affûté. « Tu ne ressentiras aucune douleur, aucune crainte, aucun désir de ressentir autre chose que la beauté que je veux te montrer. Miracles et merveilles t'attendent, mortelle. Pourquoi fuir un tel ravissement...? »

« Non », dit Vionax dans un ultime soupir. « Je ne veux pas voir. »

« Il est déjà trop tard », dit Karthus.

Si Karthus est aujourd'hui une créature terrifiante, il fut autrefois un mortel comme les autres, à ceci près qu'il était si obsédé par la mort qu'il accepta fort volontiers de devenir un mort-vivant. Transformé en liche, Karthus est désormais plus proche de son cercueil qu'il n'aurait jamais pu le rêver de son vivant. Grâce à ses pouvoirs occultes, il ne cherche plus qu'à faire admettre aux autres cette terrible vérité dont il se voit le détenteur : on ne peut comprendre le sens de la vie que dans la mort.

Même lorsqu'il était enfant, Karthus était différent. Il y avait en lui une part d'ombre qu'il ne pouvait pas réprouver. Le petit garçon était si fasciné par l'obscurité qu'il fuyait la compagnie des autres. Se glissant dans les cimetières, il épiait les enterrements d'inconnus et venait même parler à leurs tombes. Il cherchait des cadavres d'animaux morts pour les préserver et les transformer en œuvres d'art macabres. Il se porta même volontaire pour s'occuper des malades et des mourants, dans le but nullement de les aider dans leur douleur, mais d'assister de près à leur agonie et à leur mort. En fin de compte, Karthus alla jusqu'à simuler son propre trépas afin de pouvoir assister lui-même, non sans une fascination malsaine, à son enterrement. Quand ses proches découvrirent ce qu'il avait fait, ils étaient si horrifiés que l'image qu'ils avaient de lui était réellement devenue celle d'un mort. Les vivants l'avaient totalement rejeté.

Mais son isolement ne fit qu'encourager son obsession. Se consacrant plus encore à l'exploration de la mort, Karthus se prit de passion pour les légendes des Îles Obscures. Celles-ci racontaient que les esprits des trépassés y persistaient, ni vivants, ni morts, pour l'éternité. Fasciné par ces histoires, il comprit bien vite qu'il se devait d'aller constater leur véracité sur place. Au terme de son périple, Karthus pénétra dans la brume des îles ; il fut alors submergé par leur beauté irréelle. C'était comme s'il avait enfin trouvé l'endroit où il se sentait chez lui. Depuis toujours, il avait cherché à s'approprier la pureté insaisissable du moment de la mort, ce moment où la vie s'achevait et prenait enfin tout son sens. Il réalisa que devenir un mort-vivant était le seul moyen de figer cette sensation pour la perpétuité. C'était là son destin, pensa-t-il, celui de s'abandonner dans l'au-delà et de quitter définitivement le monde des vivants. Une entité nouvelle naquit ce jour-là sur les Îles Obscures, une entité qui fit un choix jamais vu avant elle : celui de devenir volontairement un mort-vivant. Quand Karthus fit son retour dans le monde des vivants, il s'était transformé en l'incarnation de sa propre obsession. Une liche immortelle détenant les clés de la vie et de la mort, rêvant de faire retenir son hymne funèbre dans chaque coin du monde.

« Il n'y a pas de plus beau chant que celui d'un mourant qui expire. »
 – Karthus

Les grandes quantités d'énergie physique consommées lors des diverses guerres runiques de Valoran ont laissé leur marque sur le pays dévasté. De nombreux lieux isolés sont encore aujourd'hui des zones contaminées très dangereuses. Les Marais Hurlants sont l'un de ces endroits, et le maître autoproclamé des lieux est un liche du nom de Karthus. Certains pensent que Karthus était naguère un mage, assez stupide pour pénétrer dans ces parages malsains pour y chercher fortune, et qu'il fut transformé à jamais par la magie maléfique qui imprègne le marécage. Il y règne maintenant avec une poigne de fer, ou plutôt une poigne squelettique. Les visiteurs ne sont pas les bienvenus, et ceux qui ne craignent pas le terrible pouvoir de la liche finissent comme morts-vivants... des squelettes et des zombies qui viennent grossir l'armée de serviteurs de Karthus. Lors des nuits les plus noires, on dit que Karthus chante le requiem des victimes passées et présentes du marais.

L'arrivée de Karthus dans la League of Legends est l'une des plus étonnantes de son histoire. Au départ, il est inhabituel qu'une liche connue pour son isolement et sa haine envers toute forme de vie souhaite participer à une organisation destinée à la préservation de la vie. De plus, Karthus, ne s'intéresse pas à la course pour la puissance et l'influence qui irrigue normalement la League. On a presque l'impression qu'il fait du bénévolat. Ce comportement est totalement différent de l'image que le commun des mortels peut avoir de la League. Karthus n'a jamais émis le souhait de devenir un champion au sein de la League, et se montre même un peu troublé quand le sujet est abordé. Pour ne pas fâcher la liche, la plupart des gens évitent tout simplement d'en parler.

« Venez chez moi, que je chante l'hymne funèbre de votre vie passée. »

DialogueModifier

En sélection
  • « L'agonie... L'extase... La paix. Toutes les morts ont leur charme. »
En début de partie
  • Play  « Tant d'âmes attendent. »
  • Play  « Le divin nous tend les bras. Il faut l'accepter. »
  • Play  « Ainsi commence mon pèlerinage. »
Attaque
  • Play  « Rejoins le chœur des défunts. »
  • Play  « Meurs. »
  • Play  « Réjouis-toi, la fin approche. »
  • Play  « Ton heure est venue. »
  • Play  « Libère-toi des chaînes de la vie. »
  • Play  « Repose en paix. »
  • Play  « Dors, mon enfant. »
  • Play  « Blottis-toi entre les bras des ténèbres. »
  • Play  « Écoute mon chant. »
  • Play  « Ta vie s'éteint. »
  • Play  « La mort parle à travers moi. »
  • Play  « C'est écrit. »
  • Play  « Fais tes adieux, mais ne pleure pas. »
  • Play  « Ah, le doux baiser de la mort. »
  • Play  « Meurs et renais. »
  • Play  « Ton sommeil sera sans rêves. »
Sous le skin KarthusPortrait.png Karthus Pentakill
  • Play  « Silence, rampant. »
  • Play  « Donne ta vie au métal. »
  • Play  « Accompagne-moi et chantons la mort. »
  • Play  « C'est l'heure de réveiller les morts. »
  • Play  « On éteint les lumières... Définitivement. »
Mouvement
  • Play  « La mort est inéluctable. »
  • Play  « Nous sommes éternels. »
  • Play  « Entendez l'élégie des défunts. »
  • Play  « Je peux vous offrir la certitude. »
  • Play  « Vous finirez par périr. Alors pourquoi ne pas choisir comment ? »
  • Play  « Avez-vous déjà entendu un tel appel ? »
  • Play  « La chair n'est qu'un cocon. »
  • Play  « Seul un cœur inerte apporte le réconfort. »
  • Play  « Ce sera bientôt... la fin de tout. »
  • Play  « Le chant des Îles Obscures est plus puissant que celui des sirènes. »
  • Play  « La vie n'est qu'une supercherie. »
  • Play  « Je vous offre la vérité. »
  • Play  « La mort n'est qu'une étape. Pas la fin. »
  • Play  « Tous entendront le doux chant de la mort. »
  • Play  « Écoutez ma voix. Laissez-vous aller. »
  • Play  « Dès votre premier souffle votre fin approchait. »
  • Play  « Les fidèles n'ont pas peur de la tombe. »
  • Play  « Finis la famine, la fatigue, et la peur. »
  • Play  « Puisse la mort tous nous sauver. »
  • Play  « Vous oublierez le souffle de la vie. Vous oublierez l'amour. »
  • Play  « Ne pleurez pas les morts. »
  • Play  « L'étincelle de votre vie crépite en vain. »
  • Play  « Vous n'êtes que des réceptacles. »
  • Play  « La douleur est le précurseur du salut. »
Sous le skin KarthusPortrait.png Karthus Pentakill
  • Play  « Le Métal, seul fait battre mon coeur. »
  • Play  « Brancher l'ampli. »
  • Play  « Tower Dive !... Vas-t-en vite, sauve-toi. »
  • Play  « On a fait un sacré carton à Freljord. »
  • Play  « La mort est plus sombre que l'obscurité la plus sombre, 2 fois plus sombre. »
Blague
  • Play  « Je note votre nom dans mon petit Necronomicon. »
  • Play  « Dites-moi, vous n'avez rien contre la mort ? »
  • Play  « Quelle est l'incantation déjà... Oh, oui : R ! »
  • Play  « Mortels, écoutez la parole de mon... livre de cuisine. »
  • Play  « Cher journal, j'ai rencontré une goule sympathique. »
  • Play  « Désolé, je suis booké jusqu'à... la fin des temps. »
Sous le skin KarthusPortrait.png Karthus Pentakill
  • Play  « Quand les temps sont durs, il est dur de mettre un chapeau. »
  • Play  « Ce que je fais ? J'ai transcendé la beauté du Métal et rien que ça. »
  • Play  « Quel est ce bruit ? C'est le martèlement de la création sur l'enclume du temps. »
Blague près UrgotPortrait.png d'Urgot
  • Play  « À ce stade je suggère... qu'on t'achève. »
Provocation
  • Play  « J'écorcherai ton corps et brûlerai ton âme. »
  • Play  « Ta mort sera la plus atroce des morts. »
  • Play  « La vie s'accroche à toi comme un parasite. »
  • Play  « Le couplet de ta vie sera bref. »
  • Play  « Sentir la caresse de la mort pour la première fois... Je t'envie. »
En provoquant ElisePortrait.png Elise
  • Play  « Tu trompes tes fidèles. Je leur offrirai le savoir. »
En provoquant HecarimPortrait.png Hecarim
  • Play  « La monture de la mort n'a pas de brides. »
  • Play  « Tu n'es que le messager, Hecarim. N'oublie pas qui tu sers. »
En provoquant LeonaPortrait.png Leona
  • Play  « Ta lumière n'est qu'une étincelle dans les ténèbres. »
En provoquant LucianPortrait.png Lucian
  • Play  « Lucian, rejoins-la ! »
  • Play  « Abandonne ta mortalité et retrouve ta précieuse Senna. »
  • Play  « Tu peux la rejoindre, Lucian. Tu connaîtras l'extase. »
En provoquant MordekaiserPortrait.png Mordekaiser
  • Play  « Tu donnes un but aux défunts, Mordekaiser. Je leur donne un sens. »
  • Play  « Coquille de chair ou coquille de métal, tout sonne creux. »
En provoquant SionPortrait.png Sion
  • Play  « Sion, nous devons libérer ton âme de cette prison de chair. »
  • Play  « Tu n'es que l'écho de ta grandeur, mais je peux te rendre ta voix. »
En provoquant ThreshPortrait.png Thresh
  • Play  « La mort ne doit pas être un tourment, Thresh. »
  • Play  « Tu peux enchaîner les vivants, mais les morts doivent être libres. »
En provoquant UrgotPortrait.png Urgot
  • Play  « Tu trompes la mort depuis trop longtemps, abomination ! »
En provoquant VarusPortrait.png Varus
  • Play  « Tu vas connaître la libération, Varus. »
Au début de Karthus DénideMort.png Déni de Mort
  • Play  « Je suis la mort ! »
  • Play  « Contemplez-moi et tremblez ! »
  • Play  « Regardez ce que vous avez créé ! »
  • Play  « Le corps n'est qu'une coquille ! »
Sous le skin KarthusPortrait.png Karthus Pentakill
  • Play  « Le métal ne meurt jamais ! »
  • Play  « C'est l'heure de la distorsion ! »
  • Play  « Montez le son ! »
  • Play  « Vous avez demandé un rappel ?! »
En utilisant Karthus MurdeDouleur.png Mur de Douleur
  • Play  « Traversez-donc ! »
  • Play  « Vous ne pouvez pas fuir ! »
  • Play  « Votre vie est une fragilité ! »
  • Play  « Votre corps vous trahira ! »
  • Play  « Fuir c'est souffrir ! »
En utilisant Karthus Souillure.png Souillure
  • Play  « Vous ne périrez pas seul. »
  • Play  « Chantez, mes enfants. »
  • Play  « Chantons en chœur. »
  • Play  « Sentez leurs esprits ! »
  • Play  « Dressez-vous et chantez ! »
  • Play  « Toutes ces voix chantent à l'unison ! »
En utilisant Karthus Requiem.png Requiem
  • Play  « Écoutez et embrassez la mort ! »
  • Play  « Le chant funèbre des survivants ! »
  • Play  « Entendez-moi, mortels ! »
  • Play  « Chantez ! C'est votre dernier souffle ! »
  • Play  « Mourez ! »
  • Play  « Abandonnez ! »
  • Play  « Périssez ! »
  • Play  « Succombez ! »
Sous le skin KarthusPortrait.png Karthus Pentakill
  • Play  Karthus chante
  • Play  « Je vous apporte la lumière ! »
  • Play  « Votre mort fera trembler le monde ! »
  • Play  « Oh Yeah ! Éradiquons-les ! »
En posant une Balise
  • Play  « J'observe. »
  • Play  « La mort voit tout. »
  • Play  « L'œil de la mort ne se ferme jamais. »
En achetant un Bâton de l'Archange Obj.pngBâton de l'Archange
  • Play  « Les anges aussi sont les messagers de la mort. »
  • Play  « Les ailes de l'ange ou les ailes du corbeau ? »
En achetant un Bâton Séculaire Obj.pngBâton Séculaire
  • Play  « Son pouvoir grandit avec le temps... comme le mien. »
  • Play  « Un éternel compagnon. »
En achetant un Bâton du Vide Obj.pngBâton du Vide
  • Play  « Nul ne peut échapper à sa fin. »
  • Play  « Leurs capes deviendront leurs linceuls. »
  • Play  « À quoi bon repousser l'inévitable ? »
En achetant la Coiffe de Rabadon Obj.pngCoiffe de Rabadon
  • Play  « Une couronne pour le roi des morts. »
  • Play  « Son ancien propriétaire a bien servi mon maître. »
  • Play  « Ah, le chant se fait plus insistant. »
  • Play  « Je perçois les échos de Rabadon. C'est exquis ! »
En achetant un Graal Impie d'Athene Obj.pngGraal Impie d'Athene
  • Play  « Trempez vos lèvres dans ce Graal. »
En achetant une Larme de la Déesse Obj.pngLarme de la Déesse
  • Play  « Cette larme versée est une larme de joie. »
En achetant un Sceptre de Rylai Obj.pngSceptre de Rylai
  • Play  « Nul ne peut distancer la mort. »
  • Play  « Quand la mort vous étreint, elle ne vous lâche plus. »
  • Play  « Ce cristal chantera pour moi. »
En achetant un Sablier de Zhonya Obj.pngSablier de Zhonya
  • Play  « La mort a tout son temps. »
  • Play  « Le sable s'écoule lentement. »
  • Play  « Au seuil du trépas, suspendez l'instant. »
En utilisant Rappel SI.png Rappel
  • Play  « La mort prévaudra. »
  • Play  « Je vais où la mort me conduit. »
  • Play  « À mon retour, vous rejoindrez mon chœur. »
Rire
  • Play  Karthus rit.
  • Play  Karthus rit.
  • Play  Karthus rit.
  • Play  Karthus rit.

Historique des Mises à JourModifier

RéférencesModifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard